Rechercher
  • Thierry Rollet

Sortie du nouvel album "Cantando al sol" le 12 février 2021 !



Au coeur de l'hiver et ce long et sombre tunnel de la Covid, le nouvel album de VIDALA "CANTANDO AL SOL" arrive à point nommé pour réchauffer les âmes et les coeurs.


Produit par C'est Pas Des Manières et distribué par Inouïe Distribution, il sortira officiellement le 12 février 2021, en vente un peu partout chez les disquaires mais également sur les plateformes numériques habituelles, mais vous pouvez l'achetez dès à présent et directement chez le producteur (vive le circuit court !) et écouter quelques larges extraits des 13 chansons de ce nouveau album ici : https://cestpasdesmanieres.org/albums/cantando-al-sol/



Quelques mots de Christophe JACQUES sur ce nouvel album...


« Cantando al sol » est une plongée dans le contexte de la Nueva Canción des années 60,70 et 80.

La Nueva Canción est un terme qui désigne au Chili, un mouvement de réappropriation de la musique traditionnelle et folklorique servant de base à des chansons contestataires, sociales ou engagées notamment pendant la dictature du générale Pinochet.

Ce mouvement est aussi présent en Argentine (Nueva Canción, ou Nuevo Cancionero), en Uruguay, en Bolivie, mais aussi en Catalogne avec le Nova Cançó, ou à Cuba avec la Nueva Trova ou encore au Brésil avec un mouvement similaire le « Tropicalisme », partout où les dictatures militaires sévissent en Amérique Latine, et en Europe, avec l’Espagne de Franco.

La Nueva Canción a durablement influencé la création musicale en Amérique Latine, et par ces auteurs dont les plus connus, Víctor Jara, Violeta Parra, Atahualpa Yupanqui, Daniel Viglietti, Silvio Rodríguez, María Elena Walsh, et tant d’autres, a contribué à faire connaitre au monde entier, la lutte des peuples opprimés dans ces pays.


Le choix du répertoire de « Cantando al sol » s’est fait naturellement, tant les thèmes développés dans la Nueva Canción résonnent aujourd’hui complètement avec la situation que nous vivons au 21ème siècle. Ainsi plus que jamais l’économie induit une société de plus en plus inégalitaire quant à la répartition des richesses que cela soit socialement ou géographiquement. La planète n’a jamais été aussi mal menée, hypothéquant ainsi le futur des prochaines générations, et les tentations autoritaires se sont dramatiquement développées ces dernières années dans de nombreux pays, remettant en cause les droits fondamentaux, l’éducation, la culture et les droits de l’homme.


Le travail de Vidala, dans ce nouvel album, s’est aussi fait autour de la place des femmes dans les combats pour les droits fondamentaux. Ainsi à travers la mise en musique d’un poème d’Alfonsina Storni, décédée en 1938 bien avant les débuts du mouvement, on peut percevoir le féminisme, et la notion d’égalité et de spécificité des genres présentes dans les chansons et le mouvement, mais aussi, Chabuca Granda (Pérou), ou Violeta Parra (Chili) ou encore María Elena Walsh (Argentine), qui à travers leurs chansons ont donné une place décisive aux femmes dans l’art, la culture, l’engament politique et le combat pour la démocratie en Amérique Latine.


Le travail musical de Vidala repose sur une interprétation ainsi que des arrangements musicaux personnels des chansons présentées dans l’album « Cantando al sol ».

Ainsi, si le fond des formes musicales traditionnelles est bien là, les arrangements nous permettent de mélanger un rythme de chacarera avec un bembé cubain (La Maza), ou encore d’interpréter « La Vidala del Adiós » d’Atahualpa Yupanqui de manière très moderne avec des guitares au bootle neck et des percussions résolument figuratives (bols, cymbales, bruitages), ou encore de s’approprier une chanson de Violeta Parra avec une harmonisation personnelle et originale (« Arriba quemando el sol »), ou de rebondir sur le texte « Manifiesto » de Víctor Jara, par un texte en Français (Nueva Canción).

Polyrythmies, explorations harmoniques et développements mélodiques autour des thèmes originaux des chansons, tout en restant au plus près du sens et de l’émotion que nous ont transmis les auteurs reste la base du travail musical et de l’interprétation dans l’album « Cantando al sol » qui tire son nom d’une chanson de María Elena Walsh : « Como la cigarra ».


Séverine Soulayres (chant, guitare, voix)

Raphaèle Frey-Maibach (percussions, chœurs, voix)

Christophe Jacques (guitares, chœurs, voix)

Baptiste Romano (percussions, chœurs)


Direction artistique : Séverine Soulayres Prise de son : Christophe Jacques, Séverine Soulayres, Pascal Cacouault Mixage : Pascal Cacouault assisté de Richard Benetrix - Studio du Cailloux

Enregistrement : à CPDM et au studio du Cailloux Mastering : Pascal Cacouault – Studio du Cailloux Pochette et livret, graphisme : Nicolas Passot Photos : Pascale Gouery, Gérard Frey, Raphaèle Frey-Maibach, Katiamenfe, MaxPixel, Sebadelval, Norma Copa, Annie Spratt, Neven Krcmarek, Christian Stahl.

Traductions : Isabelle Bleton, Séverine Soulayres, Adela Maqueira-Lucas, Marie Bordes, Sarah Leibouci.


71 vues0 commentaire